Piégés par un radar, des automobilistes contraints de payer jusqu’à 10.000 euros

Yohann Lussiez
Yohann Lussiez
This is some text inside of a div block.

Introduction

Un phénomène surprenant a frappé les automobilistes des Alpes-Maritimes : une pluie de contraventions émanant d'un radar italien, avec des amendes parfois atteignant 10 000 euros. Cet événement, rapporté par Le Figaro, soulève des questions sur la légitimité et l'impact de ce radar sur les résidents locaux.

Situation Critique pour les Automobilistes

Installé sur la route entre Trucco et Porra, près de Vintimille, ce radar automatique a enregistré des excès de vitesse durant l'été, mais les contraventions n'ont été envoyées qu'en décembre, cinq mois plus tard. Les automobilistes, souvent inconscients de leur infraction, se retrouvent confrontés à des montants cumulés considérables, avec un délai de paiement de seulement cinq jours.

Réactions et Contestations

Face à cette situation, une association a été créée pour contester les délais et le placement du radar. Les habitants de la vallée de la Roya, qui utilisent fréquemment cette route pour se rendre à Nice ou Menton, s'indignent des délais et de l'accumulation des amendes. Le maire de Breil-sur-Roya a même interpellé son homologue italien, soulignant l'impact financier sur les familles et les entreprises locales.

Conséquences et Recours

Outre les difficultés financières, les habitants s'inquiètent également du nombre de points restant sur leur permis de conduire. L'association envisage de consulter un avocat et d'écrire au Parlement européen pour une révision des règles. Certains pourraient choisir de ne jamais payer en signe de contestation, quitte à éviter de passer par l'Italie à l'avenir.

Conclusion

Cette situation met en lumière les défis liés à la gestion transfrontalière des infractions routières et les conséquences potentiellement disproportionnées pour les automobilistes. Elle soulève des questions sur l'équité et l'efficacité des contrôles routiers, ainsi que sur la nécessité d'une meilleure coordination entre les pays voisins.

Source : Le Figaro